De la brute aux grands Maîtres

        "La brute mène une vie non organisée où prédominent les instincts, ce qui la classe au rang des animaux, même plus bas. L'homme ordinaire commence à comprendre, il s'approprie certaines énergies, il essaie d'avancer, mais il n'est pas encore déterminé, même si par l'action, il commence à former son aura. L'homme de talent se développe surtout dans le domaine des sentiments. Il désire, il cherche dans son cœur, ce qui actionne sa volonté. Mais il agit encore sans bien comprendre. Il est poète, musicien, peintre ou sculpteur, mais il n'est pas tellement conscient. Cela vient de son cœur, du monde astral. Chez l'homme de génie, c'est l'intellect qui travaille, il a des idées, des conceptions; c'est ce qui le différencie de l'homme de talent. Le saint, lui, n'est pas dans les domaines du cœur et de l'intellect, il est dans un domaine supérieur, celui de l'âme. Tandis que le génie travaille pour lui-même, pour la société ou pour la nation, sans que ses intentions soient totalement pures et désintéressées; le saint, lui, s'unit au monde cosmique et divin pour transmettre à toute l'humanité les forces venant d'en haut. L'homme de génie dépense beaucoup de forces, il a besoin de s'exprimer et de se manifester; mais il peut être acheté, payé, séduit.

        Le saint a vaincu toutes les tentations, il ne veut que servir les autres, se sacrifier pour eux. Il accepte la misère, la promiscuité, la maladie, pourvu qu'il serve. De telles pensées effleurent parfois l'homme de génie, mais il ne s'y arrête pas. Précisons que les saints canonisés par l’Église n'ont pas tous été véritablement des saints. Je parle des êtres, connus ou non, qui, n'importe où sur le globe, libérés de l'obscurité, vient en se sacrifiant au bien et au salut des autres. Ils vivent et œuvrent dans le monde vaste et ouvert de la collectivité. Leur rôle est immense. Peut-être sont-ils ignorants, faibles dans leur volonté, incapables de dominer les forces de la nature. La force qui prédomine chez eux, c'est le sacrifice. Souvent aussi ils se seront incarnés pour vivre et s'assimiler totalement une idée ou une loi qu'ils ont adoptées.

        Les Maîtres sont encore au-dessus des saints. Ils peuvent décider de leur incarnation. Ils possèdent les trois vertus: leur volonté domine et dirige les forces de la nature; ils possèdent la pureté et la sainteté: ils ont la puissance de la pensée. Ils savent, ils peuvent et ils sont libres. Les hommes des catégories précédentes peuvent être ignorants, égoïstes, faibles ou impurs. Pas les Maîtres. Un Maître est totalement sage et lumineux, il connaît la vérité, il peut conduire les autres dans le chemin de la vie profonde. Au-dessus des Maîtres se trouvent les anges, les archanges et d'autres hiérarchies qui montent jusqu'au trône de Dieu.

Pourquoi est-ce que je vous raconte tout cela? Pour vous réjouir. Votre pensée se mettra au travail, elle commencera à créer des images. Or toutes les images se réalisent. Votre pensée sera donc une force. Au lieu de la gaspiller à imaginer des choses désagréables, utilisons-la à imaginer d'abord que nous sommes tranquilles, dans la paix et l'harmonie, et mettons-nous en action pour des réalisations prochaines. Oui, vous êtes une force, une puissance, qu'il faut organiser. Tous vous avez en vous des richesses. Je suis là pour vous montrer à les arranger. Il vous faut quelqu'un qui sache diriger ces forces vers des créations magnifiques. Si je vous incite maintenant à créer des images splendides, chargées d'espoir pour l'avenir, c'est pour que vous vous exerciez, que vous vous y consacriez. "

Conférence du 12 juin 1941

Omraam Mikhaël Aïvanhov


Pas de commentaire.

Ajouter un commentaire